Page d'accueil Navigation Sommaire Contacts Sitemap Recherche

Les ten­ta­tives d’arnaque par cour­riel sont de plus en plus sophistiquées

Fautes de fran­çais et erreurs de pré­sen­ta­tion per­met­taient encore jusqu’à il y a quelques années de déceler les emails frau­du­leux. Bien que la tâche soit aujourd'hui plus dif­fi­cile, il est encore pos­sible de dis­cerner le vrai du faux.

En envoyant des réponses ciblées à des emails réel­le­ment envoyés, des mal­fai­teurs tentent d’inciter les sala­riés des entre­prises à ouvrir une pièce jointe et poussent la per­fidie jusqu’à faire en sorte que le cour­riel ini­tial appa­raisse comme pro­ve­nant effec­ti­ve­ment de la per­sonne à laquelle est adressée la réponse (source : www.cybercrimepolice.ch).

En règle géné­rale, on assiste ces der­nières années à une pro­fes­sion­na­li­sa­tion crois­sante des ten­ta­tives d’escroquerie sur Internet. Ainsi, les mes­sages de Phi­shing reçus par cour­riel SMS ou What­sApp sont sou­vent très cré­dibles aujourd’hui, aussi bien d'un point de vue de la pré­sen­ta­tion que du contenu. Et les mal­fai­teurs ne reculent devant rien pour piéger les consom­ma­teurs les moins informés.

La bonne nou­velle : il est encore pos­sible de repérer pra­ti­que­ment toutes les ten­ta­tives d’arnaque, qu'il s’agisse de cour­riels ou autres sys­tèmes de mes­sa­gerie. Pour vous pro­téger, vous et vos dis­po­si­tifs, il ne vous reste plus qu’à suivre nos conseils :

  • Les mes­sages de phi­shing contiennent presque tous un lien vers un site piraté ou une pièce jointe infectée par un logi­ciel mal­veillant. Il convient donc, dans la mesure du pos­sible, de ne jamais ouvrir les liens contenus dans des cour­riels, SMS ou autre mes­sage court, et de tou­jours taper manuel­le­ment l’adresse Internet du ser­vice en ques­tion (p. ex. votre banque) dans la barre d'adresse de votre navi­ga­teur.
  • N'ouvrez pas non plus les pièces jointes que vous n’attendez pas ou si vous doutez de l’authenticité du courriel.
  • Limitez l'utilisation de vos infor­ma­tions confi­den­tielles (p. ex. iden­ti­fiants de connexion pour l’e-banking) au but prévu. Ne com­mu­ni­quez jamais ce genre de don­nées à d’autres per­sonnes, pas même aux employés (ou sup­posés tels) de votre banque ou de toute autre société connue telle que Micro­soft ou Apple.
  • D’une manière géné­rale, la méfiance est de mise sur Internet. Si vous remar­quez quelques bizar­re­ries dans un mes­sage, un site web ou un ser­vice, contactez votre banque ou le four­nis­seur sur un canal sécu­risé : par télé­phone par exemple, en uti­li­sant le numéro direct de votre conseiller client.

Pour en savoir plus et connaître tous les conseils pour se pré­munir contre les ten­ta­tives de phi­shing, consultez notre article Phi­shing.

 

Qu’aimeriez-vous savoir encore sur le thème de la sécurité en e-banking ?

Je sou­haite m'inscrire
à une formation :

For­ma­tion de base

Décou­vrez les prin­ci­pales menaces qui cir­culent sur Internet et apprenez à vous en pro­téger et à sécu­riser vos ses­sions d’e-banking.

en savoir plus

For­ma­tion en ligne Mobile Ban­king / Payment

Vous décou­vrirez le Mobile Ban­king et le Mobile Pay­ment, et appren­drez à uti­liser les appli­ca­tions cor­res­pon­dantes en toute sécurité.

en savoir plus

For­ma­tion en ligne pour les moins de 30 ans

Apprends à uti­liser ton smart­phone en toute sécu­rité ! Révise les bases et découvre tout ce qu’il faut savoir sur les réseaux sociaux, pla­te­formes cloud, le Mobile Ban­king et le Mobile Payment.

en savoir plus

For­ma­tion pour les PME

Votre entre­prise est-elle suf­fi­sam­ment pro­tégée ? Décou­vrez les mesures qui vous per­met­tront d’améliorer sen­si­ble­ment la sécu­rité infor­ma­tique dans votre entreprise.

en savoir plus

Send this to a friend