Page d'accueil Navigation Sommaire Contacts Sitemap Recherche

Et vous, auriez-vous dit oui ?

On vous offre sur Internet la pos­si­bi­lité de réa­liser un inves­tis­se­ment pro­met­teur aux revenus miro­bo­lants. Voyons ensemble ce qui se pas­se­rait si vous accep­tiez et apprenez à recon­naître les pièges. Qui confierez ses éco­no­mies à des truands ?

Des publi­cités vues sur Internet, des appels télé­pho­niques ou les réseaux sociaux vous ont fait connaître une pla­te­forme d'investissements numé­rique appa­rem­ment très sérieuse. Celle-ci promet des ren­de­ments élevés à risque faible. Vous faites une recherche sur votre moteur de recherche et la pré­tendue société de pla­ce­ment appa­raît plutôt bien référencée.

De plus, vous n’êtes pas censé prendre de gros risques. La seule chose que vous avez à faire est rem­plir un for­mu­laire de contact. Quelques jours plus tard, un conseiller aussi com­pé­tent que convain­cant vous contacte par télé­phone et vous invite à investir des sommes modestes. Que pour­rait-il donc arriver de si terrible ?

Après ce pre­mier (petit) pla­ce­ment, vous avez accès à un por­tail client qui vous permet de voir votre capital aug­menter en temps réel. Dans ces condi­tions, qui n’aurait pas envie d’augmenter la mise ?

Paral­lè­le­ment, on continue de vous pro­poser régu­liè­re­ment des pla­ce­ments tous plus lucra­tifs les uns que les autres. Bien entendu, ces offres sont tou­jours limi­tées dans le temps ou, du fait de la forte demande, à dis­po­ni­bi­lité limitée. Qui ne serait pas tenté de frapper fort ?

Vos pla­ce­ments se portent bien et vous sou­haitez récolter une partie de vos béné­fices ? Pas de pro­blème ! Pour cela, il vous suffit de contacter votre conseiller finan­cier. Or celui-ci vous décon­seille d’agir de la sorte et vous encou­rage au contraire à conti­nuer d'investir. Mais en insis­tant un peu, vous obtenez quand même la pos­si­bi­lité de récu­pérer une partie de votre capital, à condi­tion bien sûr de payer des frais de tran­sac­tion ou une taxe.

Mal­heu­reu­se­ment, hormis quelques petits ver­se­ments censés endormir votre confiance, vous ne récu­pérez jamais les sommes d’argent que vous avez inves­ties. Inutile de songer aborder le thème des béné­fices pré­ten­du­ment engrangés, on n’en parle même pas !

À ce stade, il ne vous reste plus qu'à contacter votre banque et à blo­quer toutes les tran­sac­tions éven­tuel­le­ment en cours et à déposer une plainte à la police.

Mieux vaut éviter de répondre aux sol­li­ci­ta­tions de la part de pré­tendus poli­ciers, détec­tives privés, avo­cats, pro­cu­reurs voire même d’agents d’Interpol, dans la mesure où toutes ces per­sonnes appar­tiennent pro­ba­ble­ment à l’entourage des malfaiteurs.

Et main­te­nant, diriez-vous encore oui ? Cer­tai­ne­ment pas. Vous connaissez main­te­nant le piège qui se cache der­rière ces offres allé­chantes et vous aurez à cœur de suivre les règles de conduite suivantes :

  • vous ne serez pas aveuglé par des gains irréa­listes. Aucun pres­ta­taire de ser­vices finan­ciers réputé sérieux ne promet des ren­de­ments élevés à faible risque sur le court-terme.
  • vous ne vous lais­serez pas mettre sous pres­sion par des conseillers finan­ciers ou par la durée limitée des offres. Moins vous avez de temps pour prendre une déci­sion, plus vous devriez en prendre pour y réflé­chir. Prenez au mot le dicton « la nuit porte conseil ». Il y là beau­coup plus de sagesse que l'on ne pour­rait penser.
  • vous véri­fiez et étu­diez chaque offre. Pour cela, vous ne vous limitez pas à uti­liser votre moteur de recherche, mais vous vous adressez à dif­fé­rents orga­nismes : à la FINMA, pour voir si votre per­sonne de contact y est réper­to­riée ou pour voir s'il figure sur une liste noire ; vous consultez l’index cen­tral des entre­prises pour contrôler que votre pres­ta­taire de ser­vices finan­ciers y figure.
  • De plus, si vous tombez sur une offre sus­pecte, vous la signalez à la FINMA. Les pres­ta­taires non réper­to­riés pour­ront ainsi être dépistés et mis hors d’état de nuire.

Pour en savoir plus sur les escro­que­ries aux pla­ce­ments finan­ciers, consultez notre article Fraude à l’investissement et https://www.skppsc.ch/fr/download/anlagebetrug-francais/ (Pré­ven­tion Suisse de la Cri­mi­na­lité, PSC).

Qu’aimeriez-vous savoir encore sur le thème de la sécurité en e-banking ?

Je sou­haite m'inscrire
à une formation :

For­ma­tion de base

Décou­vrez les prin­ci­pales menaces qui cir­culent sur Internet et apprenez à vous en pro­téger et à sécu­riser vos ses­sions d’e-banking.

en savoir plus

For­ma­tion en ligne Mobile Ban­king / Payment

Vous décou­vrirez le Mobile Ban­king et le Mobile Pay­ment, et appren­drez à uti­liser les appli­ca­tions cor­res­pon­dantes en toute sécurité.

en savoir plus

For­ma­tion en ligne pour les moins de 30 ans

Apprends à uti­liser ton smart­phone en toute sécu­rité ! Révise les bases et découvre tout ce qu’il faut savoir sur les réseaux sociaux, pla­te­formes cloud, le Mobile Ban­king et le Mobile Payment.

en savoir plus

For­ma­tion pour les PME

Votre entre­prise est-elle suf­fi­sam­ment pro­tégée ? Décou­vrez les mesures qui vous per­met­tront d’améliorer sen­si­ble­ment la sécu­rité infor­ma­tique dans votre entreprise.

en savoir plus